Connaissez vous l’effet Streisand ?


Bien connu du monde du marketing, l'effet Streisand, même si il date des années 2000, reste encore un tournant majeur dans ce que l'on appelle "le bad buzz".

L'histoire débute donc en 2003, lorsque Barbra Streisand attaque en justice l'auteur d'une photo aérienne de sa villa, afin d'en empêcher la propagation et lui demande 50 millions de dommages et intérêts...

Mal lui en prend, car l'auteur avait pris ces photos pour une étude sur l'érosion du littoral, et non pour en faire les choux gras des journaux people... La publication du procès a permis aux internautes de prendre connaissance des faits, et surtout de la photo qui a été vue par plus de 400 000 personnes.

Streisand effet

La fameuse photo à l'origine de l'effet Streisand.

En voulant censurer le cliché, Brabra Streisand n'a fait qu’accroître la visibilité d'une photo qui serait passée inaperçue si elle n'avait rien fait.

Une donnée importante avait été omise par l'actrice: La communauté du web déteste la censure !!!

L'effet Streisand est né : Augmenter la visibilité en souhaitant censurer un fait ou un média.

 

Depuis, beaucoup de personnes ou marques connues en ont fait les frais.

Boris Boillon en maillot de bainL'ancien Ambassadeur de France en Tunisie, Boris Boillon (en photo), dont certains propos avaient suscité la polémique, avait par l'intermédiaire de son avocat menacé de poursuivre en justice toutes les personnes qui souhaitaient utiliser sa photo ou il apparaissait en maillot de bain sur le site "Copain d'Avant".

Bingo, la photo a fait le tour du net, avant même qu'elle ne soit retiré du site en question.

De grandes entreprises ont aussi été touchées par l'effet Streisand.

Neslé a voulu supprimer une vidéo de Greenpeace qui abordait le sujet de la déforestation en Indonésie pour obtenir de l'huile de palme. La vidéo à tout de suite été partagée sur le web, effet contraire obtenu.

Beaucoup d'autres grandes marques, sous le feu de l'actualité, on commis aussi les mêmes erreurs.

 

Mais pensez vous qu'il n'y a que les gens connus ou les grandes entreprises qui sont susceptibles d'être confrontées à l'effet Streisand ?

Que vous soyez coiffeur, restaurateur, hôtelier, commerçant, ou industriel, vous êtes tous concernés, y compris ceux qui ne sont pas présents sur le web !!!

Car même si vous n'avez pas de site internet ou n'êtes pas présents sur les réseaux sociaux, vos clients y sont, et peuvent tenir un blog, écrire des commentaires sur votre entreprise, tester vos produits, etc...

A la lecture d'un commentaire négatif ou autre, votre première réaction sera de vouloir le supprimer. Gardez bien en tête l'effet Streisand, car il est à noter qu'avec l'effet Streisand, c'est la "victime" qui créer le bad buzz par ses actions en souhaitant minimiser l'affaire. Ce qui fonctionnait il y a 30 ans ne fonctionne plus depuis que le web est partout et que l'on peut partager l'information dans le monde entier en quelques clics...

Regardons l'exemple d'un petit restaurant au Cap Ferret.

Un jour, la responsable du restaurant, apprend par un de ses clients qu'un "billet" extrêmement négatif et virulent à l'encontre du restaurant est présent sur un blog (à faible trafic).

tribunalElle décide de porter l'affaire devant les tribunaux, se défend seule pour éviter les frais, et gagne contre la blogueuse. Cette dernière est condamnée à retirer son article et à payer 2500 €.

Les tribunaux ont condamné la blogueuse non sur le fond de l'article mais sur le titre ("L'endroit à éviter au Cap-Ferret: .....).

Bravo et fin de l'histoire me direz-vous ? Dans la "vraie vie", le restaurant n'a rien gagné du tout, bien au contraire. Le bad buzz a été aussitôt enclenché.

En effet, certains avocats ont commenté la décision en expliquant que si la blogueuse faisait appel, elle gagnerait. La publicité faite autour de cette affaire à engendré des partages de l'article avant qu'il ne soit retiré du blog. Et de fait, il est remonté tranquillement en référencement naturel Google...et lorsque que l'on tape aujourd'hui (le billet date de juillet 2014) "le nom du restaurant et cap ferret", l'article apparaît en deuxième ligne de la première page des résultats !!! Édifiant.4521395327888

Au final, toutes les actions "traditionnelles" de la restauratrice ont été vains, et contre productifs. Il aurait été plus judicieux de répondre aux commentaires du billet, d'appeler la blogueuse, de s'excuser et d'entendre ses remontrances, afin de lui permettre, si elle le souhaitait, de revenir gracieusement dans le restaurant pour qu'elle puisse changer d'avis.

Avis à tous les dirigeants, community manager ou responsable de com'...

 

 

 

Si vous aimez, partagez sur ... Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn